Peintures

à la une

TOILE-4-(200x150)_1750.jpg
"Paysage 4"
Dimension
200*150 cm
1750€
TOILE-9-(150x150)_1500.jpg
"Le septième cercle, deuxième giron"
Dimension
150*150 cm
1500€
TOILE-15-(180x280)_2300.jpg
"Paysage 5"
Dimension
180*280 cm
2300€

A propos

Didier
Jacquier

1955 : Naît le 23 octobre à l’hôpital Saint-Pierre à Bruxelles

1957 : Reçoit un tricycle rouge moitié bois, moitié métal

1958 : Visite l’expo 58 sans m’en rendre compte

1960 : Fait un dessin complètement raté de Tintin

1962 : Voit à la TV le mystère Picasso d’Henri Georges Clouzot

1966 : Lit mon premier roman pêcheurs d’Islande de Pierre Loti

1968 : Regarde les évènements de mai 68 sans trop les comprendre

1971 : Découvre le cinéma d’Ingmar Bergman, d’Éric Rohmer, et revois tous les films du réalisme poétique français

1980 : Exposition Paris Moscou au centre Pompidou et Jackson Pollock au musée d’Art Moderne

1985 : Est sur le pont 9 emballé par Christo

1987 : Voit Keith Aring à Knokke en juillet

1988: Naissance de sa fille

1989: Naissance de son fils

1991: Naissance de son deuxième fils

1995: Naissance de son troisième fils

1996 : Visite le musée d’art égyptien de Berlin et voit le buste de Néfertiti

Didier.jpg
couleurs.jpg
Art
Plastique

Le plaisir esthétique reste un plaisir libidinal d’abord, qui provient du contenu même de l’œuvre. Un plaisir procuré par la forme qui s’offre à la perception, non comme objet réel mais comme objet intermédiaire à propos du quel sont autorisées des conduites et des pensées dont le sujet n’aura pas à rendre compte.


Cette fonction de détournement par rapport à la réalité que l’on pourrait appeler séduction. Écran plastique comme un support transparent derrière lequel se déroule une scène inaccessible. « Tout tableau est piège au regard » dit Lacan, ce que je regarde n’est jamais ce que je veux voir, un paysage au-delà de quoi on demande à voir, un paysage où je sublime mes conflits, je les symbolise.


Dans cette abstraction, il y a deux caractères, le premier caractère est négatif : est abstrait ce qui est dépourvu de toute réalité, ce qui donne une impression d’irréalité. Le second caractère est positif : abstraire c’est extraire l’essentiel de l’accessoire, s’abstraire c’est prendre de la distance à l’égard d’une réalité trop prenante. En ce sens, l’abstraction est l’acte même que produit toute pensée, puisque penser c’est aller à l’essentiel en prenant du recul par rapport aux chose afin d’en saisir la véritable teneur.